Je n'ai pas dormi depuis 3 jours mais vous vous en foutez et vous avez raison. Et puis moi j'attends l'ouverture des boutiques pour m'acheter de quoi boire. Je me disais à l'instant : j'ai mis un mot sur Francis Jammes, donc tout va bien. J'ai fait mon devoir (c'est de l'humour). Et toujours pas sommeil. Alors des choses me reviennent qui expliqueraient pourquoi je suis resté un con, émotif primaire comme dirait Biga. C'est ta faute, Francis (en Provence on dit Cissou). Je te parle en frère. Il y a combien de temps qu'on n'a pas parlé de toi ? Tu dois t'emmerder là où tu es. Toi et ton argile originelle. Mais tu es génial et il faut (je dois) reprendre cette immense connerie poétique (je sais ce que je dis) pour qu'elle soit enfin reconnue plus que du dollar ou de l'étalon or. Que jamais n'empourpreront des chuchotements de sèves impatientes. Toi au moins tu sais ce que la plupart des peintres ignorent : un éclair de lilas bleu joutant avec des roses paresseuses. Et puis tu as osé trouver un titre à l'amour : "Pomme d'anis". Bon, on peut mettre si tu y tiens un A majuscule. Anis. Et tu as résolu la question du pourquoi et du comment. Autant sauter comme Lulli à Chambord sur le piano. Courage ! Tu as parlé de fil blanc dans la bouche des femmes, cette métaphore m'enchante, je dis métaphore pour simplifier. je n'ai pas eu le temps d'en causer avec Lacan, il était devenu chiant à l'époque, à vouloir être un chien. De quelle infirmité s'agit-il quand on est brebis sans abreuvoir ? Surtout après la grande guerre. Tu as tellement compris, je ne sais pas comment tu as fait, ce que signifie la beauté dépressive, tu l'as annoncé sans faire de bruit : toute cette tendresse que les femmes réclament et qui les rend automatiquement folles, ça je suis sûr que personne dans les facultés n'a osé le dire en te citant. Et c'est comme ça. Un livre n'est pas forcément une maison, je veux dire que le fermer n'est pas tout clore. Allez ! Je t'aime fada !