Alain Simon le site
Diaporama Tableaux
 
Aller au Blog de Jean-Michel Robert

Mes Joyeusetés

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 23 août 2010

Rien

pour ne pas réactiver le délire systématique de ceux qui croient mener la danse. Mais je retravaille la botte de Nevers. C'est comme le quadrille en 5 figures. Bien saisir le moment des passes.

vendredi 6 août 2010

à l'approche du 8 août

j'ai

Lire la suite

jeudi 5 août 2010

honneur

Je n'ai fait aucun billet sur le 4 août et l'abolition des privilèges, car aucun commentaire n'était possible à part le rire. On dit éclat de rire, mais chez les aveugles, les vrais, qui voient tout, l'éclat est fait d'un humour à la Condillac. Et puis il y a les faux aveugles, ceux qui ne veulent pas voir. Mais passons. Tout ça pour dire que le 4 août, pour moi, c'est le jour anniversaire du mariage de mes parents. Et ça c'est fait en charrette, comme quoi...On a dit carrosse pour faire joli. Comme disait le paternel, sur le chemin de la guillotine, ça manquait d'huile. Camarades citoyens, pensez l'huile. Ensuite, vous avez l'azur.

lundi 2 août 2010

cynisme

Se parfumer les panards, disait Laërce, c'est mieux que de se parfumer les cheveux, pour la simple raison que les narines en profitent au lieu des nuages. Le cynisme, le vrai, rejoint ici la sagesse populaire. Je retrouve ce qui va bizarrement s'appeler humour dans mon lieu occitan, et ça me soulage, ça me lave de toute cette bêtise médiatique, de ces fous au pouvoir que je vois devenir chaque jour plus cadavériques, exsangues, bourrés de tics, et qui se croient tout permis. Gaulle avait engendré une génération de voyous, mais là, nous sommes carrément dans l'immonde. J'imagine Arcésilas de Pitane, maître de la picole et redoutable polémiste, aujourd'hui. Il serait sûrement en garde à vue j'allais dire permanente. Ce mot de garde à vue est ambigu. Il y a comme une sorte de glissement pervers depuis le garde-à-vous, tirets en moins (mais on peut arranger ça). L'immobilité d'un individu est relative, on s'en rend compte au statokinésimètre. Mais on court au sublime avec cette injonction de sergent-chef (que me racontait mon grand-père au début de la guerre de quatorze), quand on doit défiler en ordre parfait : "Immobiles en marchant !" Eh bien ce n'était ni du cynisme ni de l'humour. Et ça vous étonne ? Se parfumer l'anus plairait trop aux narines des bourreaux.