Ce mot "actualités" me fatigue. En 1929, à Shanghai, avant tout le bordel qu'on sait, personne n'aurait osé prononcer cette expression qui n'est qu'une mascarade du Réel. Il y a donc une intention malfaisante à répéter cela tous les jours à laquelle résistent quelques braves inactuels qui refusent d'écouter radio ou télé et naviguent de biais, si je peux dire. Un jour on verra plus clair. Ce n'est pas croyance de ma part, c'est certitude. Naturellement je ne serai plus là et ce sera tellement actuel que l'immémorial épousera la cime des chênes et la poésie fraîche et permanente des rûs. Ah oui !