La pluie, le vent, l'amour...La question qui se pose est du non usage de ce qui prévaut dans nos neurones, celui de vivre simplement, au gré du temps. Question de pouvoir sur autrui, sans doute, comme de capitaliser l'émotion jusqu'aux frontières de l'absurde.