Il est bien clair que le problème théorique de la révolte – disons, plus simplement, celui de sa définition – ne peut être posé que différentiellement. Il s'agit ici de faire apparaître, systématiquement, les déplacements significatifs qui peuvent permettre de désigner, avec une certitude satisfaisante, certains types d'événements historiques : ceux qui ressortissent à la révolte, ceux qui sont nommés légitimement révolution, ceux qu'on appelle correctement mutinerie et, pourquoi pas ? ceux qu'on nomme contestation – cela, pour choisir, dans une liste qui pourrait être plus longue, un des termes qui risquent d'être durablement à la mode. La question est banale et historique : il importe, non dans un souci sémantique abstrait, mais pour améliorer les conditions d'exposition (ou d'entente) du récit historien, que soit précisé, autant qu'il est possible, le sens d'une catégorie dont se sont emparés conjointement, pour l'obscurcir, la métaphysique contemporaine et le journalisme.